lundi 23 avril 2018

#6 Fragment d'histoire

Bonjour,

 Le principe, et le but, est tout simple ; Une citation, une phrase, un dialogue. 1 fois par semaine
pour garder une trace de ces petites merveilles... et vous les partager !


Une citation de la nouvelle " La Gouvernante Insoumise ", de Courtney Milan,
une plutôt longue (mais au final bien trop courte haha !) nouvelle qui m'a énormément plu et touchée. Cette citation est l'une des plus marquantes pour moi, je me devais de la poser ici !

- - - - -

« Peut-on aimer aussi fort et, au bout du compte, voir toutes les étincelles devenir des ombres ? Tous les rêves s'éteindre, d'une seule phrase ? » 

samedi 21 avril 2018

Manhattan Marilyn, de Philippe Laguerre.

Résumé : « Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand-père décédé - un célèbre portraitiste - des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s'en prend à eux. Pourchasse traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe, et va s'efforcer de reconstituer les derniers jours de l'égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition... » 

346 pages - prix format semi-poche ; 19euros (amazon)


Un grand merci à Philippe Laguerre pour ce second sp ! 
Qui a frôlé le coup de cœur... 

Clouée à mon livre !

Manhattan Marilyn, ou quand l'histoire d'une étoile Hollywoodienne rencontre les folles idées d'un auteur au style émoustillant... Si l'on ressent une nouvelle fois sa délicieuse langueur, son style se fera de plus en plus discret au fil des chapitres pour revêtir une figure beaucoup plus vive, à l'image de notre narratrice : Kristin !

Le fait qu'une grande partie de l'histoire se déroule via son regard, ses pensées.. est très agréable mais surtout emballant ! Engagée et déterminée... Elle a la tête sur les épaules. Et son personnage ne souffrira d'aucune incohérence - tout comme le fond de l'histoire - contrairement à ce que je craignais au tout début de ma lecture, et plus encore lors de l'apparition de Mikael, personnage masculin - milliardaire et bien bâti - à l'idéologie, et au train de vie, totalement opposée à la sienne,...

Se rendre compte qu'aucun ne prend le pas sur l'autre au fil du récit 
est un petit bonheur ! Leur relation étant parfaitement équilibrée.

                       Cette narration a un autre point positif - lorsque l'on apprécie le personnage de Kristin, elle est immersive. Nous ne restons pas un simple et vulgaire spectateur, à suivre bêtement le décor des yeux, non ; on se demande et on recherche tout comme elle une issue, se creusant les méninges, essayant de comprendre comment une simple exposition - comment de simples photographies ont pu provoquer un tel baroud... ? On parcourt et on se cache dans cette immense et impressionnante ville, grouillante d'activités et de secrets nauséabonds... Une lecture active !

Des secrets, et des retournements de situations inattendus,

Que nous allons découvrir à un rythme mené tambour battant..

J'ai été surprise, c'est indéniable... ! Comment ne pas l'être... ? Tout ce qui est envisageable... l'est également par notre protagoniste - elle nous coupe l'herbe sous le pied !, ne nous laisse aucun train d'avance. Et pour ça, l'auteur est un petit sadique... On pense avoir acquis un indice avant elle, ou du moins en même temps qu'elle, on pense avoir un bout du fin mot de l'histoire ! Quelle naïveté... On rame, on rame droit dans un épais brouillard, ou tout prend une dimension incertaine : rien n'est prévisible, même pas la survie de nos protagonistes...

Et même si j'ai été surprise - jamais, mais alors jamais je n'aurais pu être capable de deviner la fin ! - La révélation finale m'a fait autant d'effet qu'un pétard mouillé ! Je m'attendais à quelque chose de beaucoup moins tendre. C'est bien le seul point négatif de ce thriller, qui se révèle être un excellent petit page-turner...

Travaillé et critique politique, il a piqué ma curiosité et m'a poussé à accomplir quelques recherches pour compléter les informations données : ce fut une très très bonne lecture ! Malgré le flop du secret dévoilé.

 Je le compte dans mon petit top-thriller !



vendredi 20 avril 2018

Les frères Sinister, t0.5 : La gouvernante insoumise, de Courtney Milan.

Résumé : « Depuis que Serena Barton a perdu son poste de gouvernante, à cause d’un duc sans scrupules, elle se retrouve sans revenus et réclame justice afin de le faire payer. Cependant, elle redoute le bras droit de ce dernier, Hugo Marshall, surnommé le « Loup de Clermont », qui est un homme ambitieux et sans pitié. Chargé par le duc de réduire au silence cette gouvernante importune, il est décidé à s’en débarrasser, car son propre avenir en dépend. Mais plus il apprend à la connaître, et moins il a envie de recourir aux méthodes musclées qui font sa notoriété... 

Devra-t-il choisir entre ses ambitions et son amour naissant pour une femme ? »

gratuit format ebook - kindle


Délicate.

Je ne lis pas énormément de romance, et quand j'en lis elle se trouve bien généralement dans la catégorie "paranormale", pourtant en voyant ce petit tome "hs" sous forme de nouvelle, en libre service sur kindle, je me suis dis pourquoi pas... ?  Et je n'ai presque aucun regret, j'ai trouvé l'histoire très belle, pleine... de romance, de délicatesse, de respect mutuel... En bref, tout ce que doit contenir - en toute logique - une romance, une vraie, respectueuse et construite, reposant sur un sentiment d'attachement et d'amour sincère... pas de niaiseries à profusion, ni de basses considérations...

Problème ! C'est vraiment le mauvais format...

96 pages, pour une si belle histoire... ? Épouvantable ! Comment que je fais moi, une fois au bout ? Eh beh je pleure. L'histoire, l'environnement, mais surtout les personnages, j'étais complètement dedans malgré l'effet de légèreté que la plume de l'autrice imposait ! La chaleur du regard d'Hugo, aussi déterminé que Serena à se faire entendre et la faire déguerpir, quand elle, est déterminée à obtenir réparation...

                 C'est un véritable bras de fer qui s'engage sous nos yeux ! Chacun ayant son propre but à atteindre... Puis une discussion, une simple marche, bras dessus & canne dessous, va totalement changer la donne, bouleversant la tournure du récit, qui m'a alors complètement charmée ! Je n'ai pu en décrocher une fois cette partie entamée, elle est merveilleuse. Bourrée de sentiments et de belles intentions... (clin d’œil aux épingles.. j'ai trouvé ce passage juste... je n'ai pas les mots. Je ne peux pas décrire ce passage, c'est impossible, je l'ai trouvé tout simplement puissant pour tout ce qu'il dégageait et offrait comme message(s))

C'est clairement une superbe introduction (et j'ai un peu de mal à comprendre sa basse moyenne ?) à la saga des Frères Sinister, que je compte bien poursuivre et très rapidement ! Légère et délicate, je suis très heureuse de l'avoir lu, et d'avoir pu faire la connaissance de Serena et Hugo, deux personnages très attachants, au passif touchant. 

mercredi 11 avril 2018

Artahe le Dieu-Ours, de Philippe Ward.

Résumé : « Après dix ans passés à Paris, Arnaud revient vivre à Raynat, village pyrénéen moribond. Il retrouve avec émotion Berthe Galy, une vieille femme malade qui a aidé sa grand-mère à l'élever après la mort de ses parents et Cathy, une amie d'enfance qu'un accident a rendu aveugle. Son retour coïncide avec l'apparition d'un mystérieux ours qui ne se contente bientôt plus de massacrer des moutons et s'attaque aux hommes. Ce roman est l'histoire d'un ours, mais un peu particulier, car il s'agit d'ARTAHE, le Dieu-ours. »

288 pages - 17e, format broché, fiche amazon


Un immense merci à Philippe Ward, pour m'avoir proposé puis envoyé son ouvrage,
avec lequel j'ai passé un bon moment !

Inquiétant et surprenant,

C'est une histoire très singulière que nous offre ici Philippe.W. Que ce soit de par le thème abordé, sa plume - je vais vite y revenir un peu plus bas, le lieu où toute l'histoire se déroule ou encore ses personnages ; c'est une histoire unique, qui nous plonge au cœur d'un village au sectarisme macabre... 

                 Et c'est à ce moment que je reviens sur la plume, le style de l'auteur, que j'ai absolument adoré ! Il est langoureux, et massif ; il colle avec justesse à l'ambiance du livre et à ce village renfermé, mais également à notre protagoniste qui cherche à retrouver sa terre d'origine, après son long exil Parisien... Malheureusement pour lui et les habitants de Raynat, ce retour qui devait être une retraite agréable et paisible, loin de la ville et de sa limpidité, va rapidement tourner à l'aigre ; son retour annonçant également celui d'Artahe, un Dieu très loin de prêcher l'amour et la bonté... ! 

Et je m'arrête là un tout petit instant car je trouve cette partie sur Artahe - sur ce culte que l'auteur à pris grand soin de développer à Raynat, et dans le cœur de ses habitant-es, très critique et très juste ; car il met vraiment le doigt, via des personnages précis, sur cette soif démesurée du pouvoir et sur le fait que l'être humain est pernicieux, lorsqu'on lui offre de la puissance - du pouvoir sur un quelconque être, sur une quelconque chose, il finira par le rendre malsain ou nuisible ; comme si cette soudaine porte ouverte sur la toute-puissance n'avait qu'un seul revers possible et existant ; celui d'exacerber le pire de notre nature humaine... C'est le côté dérangeant et dérangé du livre ! L'auteur ne nous épargnant ni les actes, ni les pensées, des adorateurs d'Artahe, et surtout pas celles de sa prêtresse... et encore moins celles du Maire, qui est très largement porté sur les petits billets verts...

Un mois de changement(s) et de découvertes,

Toutes ces jolies choses se dérouleront sous nos yeux et ceux d'Arnaud en l'espace d'un petit mois ; les chapitres se décomposant sous une forme journalière. Et c'est plutôt bien choisi ! Car une fois la moitié du livre attaqué, on se rend vraiment compte des changements qui s'opèrent - au jour le jour - au sein des habitants du village... Regards en biais, messes-basses et petits secrets... Ils rythmeront notre voyage sur les terres Pyrénéennes, à la recherche d'un Ours hors du commun, que tous auraient volontiers abandonné aux méandres du passé...

Beaucoup de bonnes choses !

C'est un bon livre, bien (re)travaillé, qui possède un style vraiment très agréable ; il nous apporte l'air frais et charmant des montagnes et des pins.. mais, il possède également des petits défauts ! Dont un, que j'incombe à ma petite personne - les goûts et les couleurs..., et un autre, plus important, qui est du au manque de profondeur des personnages

Ma petite personne car ce livre ne m'est pas vraiment destiné ; le thème abordé, sectaire (c'est un sujet avec lequel j'ai quelques difficultés), brut dans ses actes... m'a profondément malaisé et m'a bien trop souvent rappelé à la réalité (et ce n'est pas vraiment ce que je recherche lorsque je lis un livre) ; une lecture à double-tranchant. Plaisante, et addictive, j'avais vraiment envie de connaître sa fin, mais alors carrément inquiétante de par le thème choisi, qui ne laisse absolument pas de place à la rêverie ! J'incombe ça également au fait que je m'attendais à quelque chose de beaucoup moins dur au niveau du Dieu-Ours, de ce côté fantastique ; je m'en étais fait une fausse-idée, et ç'a eu un impact lors de ma lecture...

Du côté des personnages - surtout des secondaires, on ressent, effectivement, un certain manque de développement : on s'en rend brutalement compte lors de l'arrivée de Cathy, qui est très insipide - j'avais l'impression que c'était un meuble qu'Arnaud traînait derrière lui. C'est dommage, car un fond de l'histoire est intensément travaillé, tandis que l'autre est un peu laissé de côté... ça crée un petit déséquilibre que l'on repère vite lors de la lecture !

Malgré ce défaut, (et ce couac avec le côté fantastique, mais surtout sectaire - si comme moi vous appréciez très peu ce thème, méfiez-vous il est fort présent, c'est la base de cette histoire) ce fut une bonne lecture, avec beaucoup plus de points positifs que négatifs : j'ai réussi à passer un très bon moment à Raynat. Et ce culte de l'Ours, vraiment peu commun - très original et bien choisi, m'a énormément plu et transporté ! Il pose également sur le tapis la problématique de notre présence sur le territoire animal...


vendredi 6 avril 2018

Les lionnes de Venise, tome 1, de Mireille Calmel.

Résumé ; « Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure. 

Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s’immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s’enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l’amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots. 

Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu’elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu’elle recèle le secret du pouvoir absolu. » 

345 pages : lien amazon (broché) 19,90e


L'amour du pouvoir...

.... et le pouvoir de l'amour. Pour une fois, il m'est difficile de trouver les bons mots, que ce soit pour exprimer mon ressenti ou tout simplement pour ne pas trop en dévoiler... Même si sur ce point, le résumé s'en charge très bien sans moi ; ce dernier étant vraiment beaucoup trop fourni. Mais passons sur ce petit détail - désagréable mais loin d'être catastrophique, et concentrons-nous plutôt sur l'histoire et ses personnages, notamment sur Lucia, notre protagoniste qui verra du jour au lendemain son petit monde et sa belle Venise, partir en fumée..

          C'est elle, notre protagoniste, impétueuse et fière, qui nous guidera dans les travers de Venise et qui nous servira un récit au rythme aussi effréné qu'assuré, à l'image de sa personne ; combative et décidée. Elle ne restera pas une seule seconde en retrait et ne fera que se battre, toutes dagues et griffes dehors... ! Un personnage admirable que l'on suit avec une envie dévorante, la suivant dans de lourdes épreuves qui mettront en lumière cette incroyable force de caractère qu'elle détient, face aux grands, et pour son père... Une protagoniste admirable, dont il est très difficile de décrocher...

Elle fait éclore ce besoin quasi vital entre nos mains ; nous poussant à lire toujours plus, nous poussant sans cesse au chapitre suivant, pour enfin apprendre le dénouement de son histoire et de sa quête ; car rien ne nous laisse envisager une telle fin, si éclatante et dantesque ... !

C'est un véritable jeu de dupes que nous allons suivre et découvrir à ses côtés, un jeu dans lequel moutons et loups portent et ne font qu'échanger leurs masques ; une bergerie dans laquelle l'honnêteté et la fidélité ne peuvent être assurées que dans le sang.

Vous le comprenez ; j'ai adoré ce premier tome.

Il est magnifique, et... j'avoue qu'il m'a manqué quelque chose, et que c'est pour ça, que je lui refuse la note de 20 sur 20.. Il m'a manqué quelque chose, je ne saurais dire quoi, mais il y avait cet élément manquant ; celui qui chamboule tout et qui fait d'un livre un coup de cœur. Malgré tout, j'ai été époustouflée, j'avais l'impression d'avoir un véritable page-turner entre les mains ! C'est envoûtant et dépaysant, ce voyage en terre vénitienne, nous laissant entrevoir un beau tableau de ce pays chantant et dansant, aux masques colorés et aux flots beaucoup plus agités qu'il n'y paraît...